Point météo : les 4 saisons de San Francisco 

Aujourd’hui j’ai pu mettre une robe.

Sans collants.

Avec des sandales ouvertes.

Mais surtout, je suis sortie sans prendre de pull.

On ne dirait pas comme ça mais c’est tout à fait exceptionnel.

À quelques semaines près, cela va faire un an que l’on a déménagé en Californie. Quand on est arrivé, on s’imaginait qu’il ferait beau et chaud 360 jours sur 365. #lolilol

En fait, ce que personne ne nous avait dit avant qu’on le découvre par nous-même, c’est que vivre à San Francisco c’est à peu près comme vivre à Brest (ou tout autre ville bretonne) à l’année.

12 mois plus tard, voici le résultat de mes observations non-scientifiques sur la météo à San Francisco. En résumé, il y a 4 saisons mais elles n’ont presque rien à voir avec celles que l’on connaît en France.

 

1. L’automne, d’octobre à janvier

Le premier achat après mon arrivée fin septembre a été une sorte de k-way imperméable Zara, chose que je n’ai jamais possédé même en passant plus de 20 ans à Paris.

D’octobre à janvier, il ne fait pas vraiment froid et ce n’est pas non plus l’automne. Ce serait plutôt un mélange de printemps et d’automne. Il faudrait inventer un nouveau mot pour ça, quelque chose genre le printomne ou l’autemps. Rien de décidé, donc n’hésitez pas si vous avez des suggestions.

Bref, il fait 12 degrés le matin, 18 degrés l’après midi, et le soleil brille entre deux averses. Comme on dit en Bretagne, il fait beau plusieurs fois par jour.

Et c’est comme ça tous les jours sans exception. S’habiller est un cauchemar car il fait toujours soit trop chaud soit trop froid ou chaud/froid/mouillé si on a le malheur d’avoir oublié son parapluie.

 

2. Le printemps, de janvier à juin

Même températures que d’habitude mais sans la pluie.

Du coup (si c’était pas clair), il fait 12 degrés le matin et 18 degrés l’après midi, sans exception.

C’est la période à laquelle tu commences à avoir l’impression de mettre tout le temps les mêmes fringues. « Et oui, y’a plus de saison ma bonne dame ».

3. Le brouillard, de juin à septembre

Ah je me souviens des printemps parisiens… quand les filles sortent leurs jupes, que les verres de rosés tintent jusqu’au petit matin sur le canal Saint Martin, que la place de la République résonne de concerts estivaux, la fête de la musique, tout ça tout ça.

Bon et bien ici, c’est pas comme ça. Fin mai c’est l’arrivée du fameux fog, aka Karl pour les intimes. Si les températures remontent de quelques degrés – 15 le matin à 20 l’après midi – le brouillard lui s’installe pour tout l’été.

Les journées ressemblent à ça:

  1. le matin tu as l’impression de te réveiller un jour de novembre en pleine campagne française : brume, rosée et tu ne vois pas à deux mètres.
  2. L’après midi tu portes ton pull et ta veste sous le bras. Il fait 20 degrés et une brise agréable, dommage que tu sois coincé au boulot.
  3. En fin de journée, le brouillard revient. Tu peux littéralement le voir sortir de l’eau et envahir la terre. Et il est temps de remettre ton petit pull en cachemire.

Preuve en image :

météo à san francisco

4. L’été, de septembre à octobre

Un an qu’on l’attendait, que l’on avait envie d’avoir vraiment chaud, comme un été dans le sud de la France (qui te manque encore plus quand tes potes postent tous des photos de Bandol, Hyères, ou Porquerolles sur Instagram …#mercilescopains).

Pendant ce temps là, à San Francisco, le thermomètre ne semble pas vouloir grimper et tu continues d’emmener ton hoodie (avec le logo de ta boite imprimer dessus bien sur) à la plage « au cas où ».

Et puis comme ça, sans prévenir, aujourd’hui il fait 39 degrés et j’ai pu mettre une robe.

 

 

Voir les autres articles

Laisser un commentaire